Le rapport avec l’autre

4 mars 2021 0 Par Sara Govindassamy

On veut nous faire croire que nous pouvons être ce que nous voulons. Cette idéologie affirme que au-delà de nos actes, nous sommes responsables de ce que nous sommes. 

Nous pouvons nous modeler à l’envie.

Il s’agit de vouloir être plus que ce que nous sommes ! 

Plus fort, plus beau, 

plus solide, plus intelligent, 

plus dynamique, plus entreprenant, 

plus charismatique…

Ce que nous sommes, est aussi le résultat de notre histoire, de notre milieu, famille, génétique et de notre environnement géographique, politique, social, économique. En fait, nous arrivons dans l’âge adulte assez peu responsables de ce que nous sommes devenus. Porter toute la responsabilité peut être écrasant et décourageant. Discerner  ce qui nous appartient et ce qui ne nous appartient pas, ouvre des champs d’action possibles.

En cherchant à nous transformer nous nous perdons. Nous devenons un décor, un faux semblant, une apparence d’être, mais pas un être entier avec sa sensibilité et ses failles. 

« Le capitalisme dans son versant néolibéral, en instrumentalisant les aspirations individualistes à la réalisation de soi, les a transformées en une dépersonnalisation qui engendre des symptômes individuels de vide intérieur et non de plénitude, de désarroi et non d’accomplissement. » 

Axel Honneth

D'autres articles qui pourraient vous plaire..

Osez être vous

Osez être vous, n’attendez pas de vous perdre Au fur et à mesure que l’on essaye de se cacher pour ne pas risquer, on risque

Lire la suite »